Localités

flux du site http://accompagnateur-queyras.blogspot.com/
Découverte nature en Queyras

Nature et randonnées aux chambres d'hôtes la Barma en Queyras, BnB Gîte Panda des Alpes

url du flux :
  • Ajouter à Netvibes
  • Add to My Yahoo!
  • Add to myAOL

pulsatilla alpina

De mai à juillet, la flore du Queyras s'épanouit. Telle la pulsatile des Alpes, les fleurs vernales persistent au gré des versants et des étages de végétation. Mille et une fleurs se laissent sentir et contempler. Comprendre les stratégies de cette vie en montagne, comment le soleil radieux active la photosynthèse pour que les étamines explosent de pollen. Là, dans l'air saturé d'arôme, opère la magie de la vie sauvage... Vous pourrez contacter les chambres d'hôtes de la Barma en Queyras dès que vous aurez choisi votre week-end de mai-juin ou semaine de juillet. À bientôt.   

?

Espèce peu commune en France mais très présente en Queyras, la fritillaire du Dauphiné (fritillaria tubiformis) - cousine de la tulipe à damier - est comme une tulipe noire. La distinction se fait par le port arqué de sa fleur. La coupe violette à damier ne regarde pas le ciel mais la terre. Bien que l?Atlas des plantes rares des Hautes-Alpes indique une floraison possible d?avril à juillet ? sur sols secs à légèrement frais des lisières ?, la fritillaire du Dauphiné fleurit principalement chez nous dans la calme deuxième période de mai - début juin. La fleur reste donc méconnue du grand public estivant. À découvrir au printemps quand, au matin, on débute ses randonnées sac au dos le long d'un torrent qui gronde. Là, dans un pré vert, on l'aperçoit, on s'écarte du murmure de l'eau, on hésite à vouloir s'allonger dans la rosée pour tenter de la prendre en photo ou sentir son parfum capiteux. Soudain le torrent s'est tu et l'on reste encore là, à essayer de se rappeler où l'on a déjà vu cette fleur ? Désormais, les populations de fritillaria tubiformis du Queyras sont à rapprocher de fritillaria burnatii...


Petit oiseau fugace des Alpes du Queyras, le torcol fourmilier est de la famille des pics. Seul picidé migrateur d'Europe, son retour annonce les beaux-jours. Vrai-faux pic en vérité, qui ne creuse ni ne grimpe, tel un vulgaire passereau non spécialisé. Les similitudes sont davantage du côté de la queue ? bien qu'elle n'aide pas à l'adhésion au tronc ?, des pattes, et de la longue langue qui explore crevasses et fentes en quête d'insectes, surtout des fourmis...
Vous connaissez cette frustration de sentir la présence d'un oiseau alors que rien ne bouge.
Heureusement, on observe enfin ses teintes « cryptiques », digne camouflage des bois façon hibou, au dessous barré de sombre sur fond clair... Les effectifs sont en baisse en Europe depuis les années 1990 à cause de la disparition des paysages de bocages. Les Alpes de Provence et du Dauphiné échappent à cette tendance grâce au maintien de sous-bois clairs, bocages, lisières et autres arbres à cavités...  Excellent bio-indicateur, c'est la femelle - fait rare chez les oiseaux - qui choisit son partenaire. Dès le printemps, le torcol fourmilier chante aux abords des Chambres d'hôtes Gîtes de France Panda La Barma, à Abries - Ristolas en Queyras. Son chant nasillard, répétitif et saccadé, tel le démarrage d'une « deux chevaux » fatiguée, est caractéristique. Il permet à coup sûr d'identifier et d'approcher l'oiseau en randonnée. À découvrir jusqu'à l'été au cours des randonnées découvertes du Gîte Panda.





Printemps oblige, les mélèzes des Hautes-Alpes sont en fleur... Saviez-vous que ce bouton rose peut se manger ? Dès que les oiseaux chantent, la fleur de larix decidua se charge de vie. Elle s'ouvre et dévoile son odeur de résine. On pourrait déjà la savourer comme un bonbon à la sève de pin. Nous nous permettons de la cueillir, puis de consulter les fascicules ou bouquins de cuisine alpine, pour en agrémenter nos plats. Elle se glisse alors sous la ficelle de quelque paupiette frétillante...  Ou, mieux, dans les petits déjeuners parfumés des Chambres d'Hôtes de la Barma en Queyras. Autant de goûts à partager...   



Il est des histoires qui se laissent entendre. Les récits des premiers voyageurs alpins ? des découvreurs de Vaudois aux années folles ? donnent parfois d'agréables surprises. La lecture d'un polar des Alpes en vacances est comme une cerise sur le gâteau pour mieux découvrir certaines vallées. L'auteur Stéphane Simiand développe depuis longtemps des intrigues autour d'un personnage type de cette ambiance, détective anglais, l'intrépide Bart Cox. Avec lui, traversez les mystères étouffants de fonds embrumés vers l'azur froid et vivifiant des cimes. À découvrir aux Éditions Transhumances ou assis en terrasse du Musée de la Barma à Ristolas en Queyras.

Copyright © 2008 Tous droits réservés. Version 1.1