Localités

flux du site https://accompagnateur-queyras.blogspot.com/
Découverte nature en Queyras

Nature et randonnées aux chambres d'hôtes la Barma en Queyras, BnB Gîte Panda des Alpes

url du flux :
  • Ajouter à Netvibes
  • Add to My Yahoo!
  • Add to myAOL

Figuration libre, nouvelle exposition pour l'été 2020 au Musée de la Barma à Abries-Ristolas en Queyras. Peintures, objets d'art singulier, livres... Ouverture aléatoire ou sur réservation au 04 92 46 84 84. Pour la santé de tous, le port du masque est obligatoire.


Jolie marmotte des Alpes est sortie de son trou en Queyras dès fin mars, début avril. La saison des randonnées pédestres peut commencer. Tous les chemins mènent à des terriers dont il est inutile d'évaluer la profondeur. L'été, la marmotte a plus d'une entrée et la montagne est parfois labourée. L'odeur à l'entrée de ces seuils est forte, musquée. Et c'est la joie quand l'on surprend deux marmottons qui se chamaillent et se mordent l'échine. Un excellent but de randonnée. 

Mésange noire à l'envol du nid

La prospection nature suit son cours aux abords des Chambres d?Hôtes WWF Panda La Barma à Ristolas en Queyras. Les chauds rayons du soleil gorgent de vie les strates humides des schistes lustrés et les vieilles pierres du Queyras. Là s?active la peureuse mésange noire à son nid douillet. Saurez-vous déceler  son ballet furtif lorsqu?elle disparaît entre les roches moussues où piaillent les poussins ? La ronde de l?oiseau est prétexte à s?approcher pour identifier 10 plantes orophytes des Alpes :
-          Velar (erysimum rhaeticum)
-          Fougères (cystopteris)
-          Groseiller à maquereau (ribes uva-crispa)
-          Joubarbe toile d?araignée (sempervirum arachnoidum)
-          Orpin blanc (sedum album)
-          Arabette des Alpes (arabis alpina)
-          Gaillet blanc (galium album)
-          ?illet des chartreux (dianthus carthusianorum)
-          Laser à larges feuilles (laserpitium latifolium)
-          Saxifrage paniculée (saxifraga paniculata)

?

Espèce peu commune en France mais très présente en Queyras, la fritillaire du Dauphiné (fritillaria tubiformis) - cousine de la tulipe à damier - est comme une tulipe noire. La distinction se fait par le port arqué de sa fleur. La coupe violette à damier ne regarde pas le ciel mais la terre. Bien que l?Atlas des plantes rares des Hautes-Alpes indique une floraison possible d?avril à juillet ? sur sols secs à légèrement frais des lisières ?, la fritillaire du Dauphiné fleurit principalement chez nous dans la calme deuxième période de mai - début juin. La fleur reste donc méconnue du grand public estivant. À découvrir au printemps quand, au matin, on débute ses randonnées sac au dos le long d'un torrent qui gronde. Là, dans un pré vert, on l'aperçoit, on s'écarte du murmure de l'eau, on hésite à vouloir s'allonger dans la rosée pour tenter de la prendre en photo ou sentir son parfum capiteux. Soudain le torrent s'est tu et l'on reste encore là, à essayer de se rappeler où l'on a déjà vu cette fleur ? Désormais, les populations de fritillaria tubiformis du Queyras sont à rapprocher de fritillaria burnatii...


Petit oiseau fugace que l'on trouve aussi dans les Alpes du Queyras, le torcol fourmilier est de la famille des pics. Seul picidé migrateur d'Europe, son retour annonce les beaux-jours. Vrai-faux pic en vérité, qui ne creuse ni ne grimpe, tel un vulgaire passereau non spécialisé. Les similitudes sont davantage du côté de la queue ? bien qu'elle n'aide pas à l'adhésion au tronc ?, des pattes, et de la longue langue qui explore crevasses et fentes en quête d'insectes, surtout des fourmis...
Vous connaissez cette sensation de sentir la présence d'un oiseau alors que rien ne bouge.
Heureusement, on observe enfin ses teintes « cryptiques », digne camouflage des bois façon hibou, au dessous barré de sombre sur fond clair... Les effectifs sont en baisse en Europe depuis les années 1990 à cause de la disparition des paysages de bocages. Les Alpes de Provence et du Dauphiné échapperaient à cette tendance grâce au maintien de sous-bois clairs, bocages, lisières et autres arbres à cavités...  Excellent bio-indicateur, c'est la femelle - fait rare chez les oiseaux - qui choisit son partenaire. Dès le printemps, le torcol fourmilier chante aux abords des Chambres d'hôtes Gîtes de France Panda La Barma, à Abries - Ristolas en Queyras. Son chant nasillard, répétitif et saccadé, tel le démarrage d'une « deux chevaux » fatiguée, est caractéristique. Il permet à coup sûr d'identifier et d'approcher l'oiseau en randonnée. À découvrir jusqu'à l'été au cours des randonnées découvertes du Gîte Panda.




Copyright © 2008 Tous droits réservés. Version 1.1