Localités

flux du site http://accompagnateur-queyras.blogspot.com/
Découverte nature en Queyras

Nature et randonnées aux chambres d'hôtes la Barma en Queyras, BnB Gîte Panda des Alpes

url du flux :
  • Ajouter à Netvibes
  • Add to My Yahoo!
  • Add to myAOL


Le front de neige de la station de ski de Ristolas en Queyras est doté d?un tapis roulant. Cette remontée douce dynamise le village. Le démantèlement des anciens téléskis a rendu la forêt supérieure de Ségure aux oiseaux et à la faune sauvage. Ainsi le Queyras ne faillit pas au développement durable de ses bonnes enseignes de tourisme et nature.
Les familles qui résident aux chambres d?hôtes Gites de France WWF Panda la Barma en Queyras profitent pleinement de cette installation ludique pour leurs charmantes petites têtes blondes.
À la montée lente du tapis succèdent de joyeuses glissades en ski ou luge, de franches rigolades dans la neige froide. S?en suivent des dégustations de boissons chaudes au c?ur des vieilles pierres de la Barma. www.alpinoc.com

Raquette et neige dans les Hautes-Alpes

Quand la saison d'hiver manque de neige - chose rare mais possible en Queyras -, il est bon d'aller la chercher sur les sommets. Dans ces conditions le Col Lacroix au-dessus de Ristolas en Queyras reste une randonnée idéale pour la raquette à neige. Depuis le BnB Gîte Panda La Barma, il faut traverser jusqu'au hameau de l'Échalp, puis monter à travers l'exceptionnelle forêt - cembraie-mélézin - subnaturelle de Praroussin. Des cris de volatils résonnent entre les vieux troncs noueux. Au-delà, la traversée vers le col en raquettes à neige se fait selon les conditions du manteau neigeux et l'inévitable trio DVA, pelle, sonde... 

La technique dite de recherche d?indices ponctuels d?abondance (IPA) est pertinente l?hiver en Queyras. Sur un parcours donné ? un sentier sauvage dans la neige à force de passages en ski de rando nordique ou raquettes ?, il s?agit de s?arrêter à certains points d?écoutes et d?observations. Outre les contacts sonores et visuels des oiseaux, les traces de la faune dans la neige parlent à livre ouvert. Si l?accompagnateur en montagne repère son parcours en ski de rando nordique (cela va plus vite entre les points d?écoutes), il prend le temps de dévoiler les interprétations du sentier aux visiteurs en raquettes à neige. Découverte ludique de la nature des Alpes pour petits et grands aux Chambres d?Hôtes Panda de la Barma, à Ristolas en Queyras www.alpinoc.com 

Le Musée indépendant de la Barma en Queyras a trouvé son rythme de croisière entre expositions d'été et d'hiver. Toujours sur le thème des Alpes, vous y trouverez des illustrations de Personnages et de leurs légendes. Tous les soirs des vacances scolaires de 16H à 18H30 sans oublier la sortie raquette du mardi.

helleborus foetidus

Étrangement absente de la plupart des index botaniques, l'hellébore fétide reste une plante commune en France. Dans le nord des Hautes-Alpes, c'est une inconditionnelle des ripisylves sèches et calcaires du steppique Durance (en Queyras, pas au-delà de 1100 m ?). C'est une cousine d'helleborus niger plus connue sous le nom de Rose de Noël. Ces plantes ont la particularité d'avoir des feuilles persistantes et de fleurir en hiver. Elles sont donc des rencontres de choix dans des milieux souvent fermés et attristés par les affres du froid. Les feuilles dentées de l'hellébore fétide vivent plus d'une année mais la plante ne fleurit qu'à partir de 5 ans (de janvier à mai). Elle fleurira encore l'an d'après avant de mourir. On ne la reconnaît donc bien que sous cette forme étrange où les feuilles se réduisent peu à peu, au sommet, en gaine terminée par quelque lobe étroit. Fleur identifiable dès fin décembre d'où l'appellation Rose de Noël... Qu'un rayon de soleil ou un frottement intervienne et les feuilles révèlent leur odeur fétide sous le ciel d'azur... Cette caractéristique olfactive mettrait-elle en garde ? En effet, les hellébores sont toxiques... Leur nom grec signifie « nourriture qui tue ». D'ailleurs la fleur est aussi appelée « pied de griffon » et les enfants de l'Argentière-la-Bessée la nommaient « plante des serpents » pensant que les vipères s'en nourrissaient... (un folklore type « éducation par la peur » pour éloigner les enfants d'un éventuel danger par eux-mêmes...).
Si la plante fut parfois employée comme purgatif, émétique, vermifuge, voire remède contre la folie... le plus souvent elle guérissait « définitivement » le patient par arrêt cardiaque... (la plante renferme de l'helléborine, un hétéroside cardiotoxique).  Rose de Noël à découvrir donc en automne et en hiver du côté de Guillestre et du Queyras. 

Copyright © 2008 Tous droits réservés. Version 1.1