Economie d'énergie

flux du site

url du flux :
  • Ajouter à Netvibes
  • Add to My Yahoo!
  • Add to myAOL

inhibiteur de corrosion boues tartre circuit chauffage

Sur vos devis d'installation ou de remplacement de chaudière ou de pompe à chaleur, dans le cadre d'un nettoyage de plancher chauffant, etc? vous pouvez voir apparaître la fourniture et l'injection dans le circuit de chauffage d'un produit chimique appelé « inhibiteur de corrosion » proposé par des installateurs sérieux.

Pour rappel, les moyens de lutte contre la corrosion peuvent se présenter sous diverses formes :

  • l'isolation physique par des revêtements, métallique (ex. acier galvanisé), le plus souvent organique (ex. peinture), voire minéral (fonte revêtue de mortier de ciment)
  • le maintien des caractéristiques chimiques de l'eau dans un état réduisant au maximum les vitesses de corrosion ;
  • l'application de potentiels électrochimiques, soit à partir d'un matériau sacrificiel (anode magnésium), soit à partir de sources extérieures (protection cathodique) ;
  • ou enfin l'ajout d'inhibiteurs de corrosion dans l'eau.
Les inhibiteurs de corrosion sont ainsi des produits chimiques, généralement sans danger, qui, ajoutés à l'eau du chauffage par exemple, vont réduire la vitesse de corrosion des matériaux véhiculant ou recevant ce fluide (ex. des radiateurs).

Cependant, l'efficacité de la plupart des inhibiteurs de corrosion est considérablement influencée par les caractéristiques chimiques de l'eau (voir « importance de la qualité de l'eau de chauffage ») et les conditions physiques comme la température et la vitesse d'écoulement.

On trouve sur le marché des inhibiteurs anodiques, cathodiques, « filmants » et absorbeurs d'oxygène suivant leur mode d'action.

Inhibiteur anodique

Les inhibiteurs anodiques forment un film protecteur sur les surfaces anodiques en bloquant la réaction électrochimique de dissolution du métal :

Fe ? Fe2+ + 2e-

Les inhibiteurs anodiques du fer sont classés en produits « oxydants » et « non oxydants » suivant leur capacité à accélérer ou non la réaction d'oxydation du fer ferreux en fer ferrique :

Fe2+ ? Fe3+ + e-

La formation rapide de Fe3+ est essentielle à la formation de couches de passivation anodique stables. L'efficacité des inhibiteurs anodiques oxydants est indépendante de la concentration en oxygène dissous de l'eau à la surface, alors que les inhibiteurs anodiques non oxydants ont besoin d'une concentration correcte en oxygène. Si la vitesse de réaction est suffisamment rapide, l'inhibition anodique est produite par la formation d'une couche efficace de Lépidocrocite (?-FeOOH).

Les inhibiteurs non oxydants agissent conjointement avec l'oxygène en catalysant l'oxydation de Fe2+ par l'oxygène, ou en améliorant l'imperméabilité physique de la couche de Lépidocrocite, ou par les deux processus.

Inhibiteur cathodique

La réduction cathodique de l'oxygène entraîne la production d'ions hydroxydes (OH?). Les inhibiteurs cathodiques sont solubles au pH moyen de l'eau, mais ils forment une couche protectrice sur les surfaces cathodiques en produisant un composé insoluble à pH élevé et non conducteur électriquement. Les inhibiteurs cathodiques sont en général utilisés pour renforcer l'action d'autres types d'inhibiteurs.

Inhibiteur mixte anodique/cathodique

Les formulations commerciales utilisées en traitement d'eau comprennent à la fois des inhibiteurs anodi­ques et cathodiques, ceci pour deux raisons :
  • l'association des deux types réduit le dosage global nécessaire par rapport à l'emploi d'un seul inhibiteur ;
  • les circuits traités uniquement avec des inhibiteurs anodiques sont sensibles à une corrosion par piqûres si le traitement est interrompu, sous-dosé ou incorrect de manière générale.
Cet emploi mixte a été établi dans les années 1950 lorsque l'utilisation de formulations zinc-chromates a commencé à se répandre. Le zinc est un inhibiteur purement cathodique tandis que les chromates fonctionnent comme un inhibiteur anodique. Lorsque les chromates étaient employés seuls, il fallait des doses importante d'ion chromate pour assurer une bonne inhibition de l'acier. L'emploi de zinc (Zn2+) en association avec des chromates permet d'appliquer des doses de chromate 20x moindre

Absorbeurs d'oxygène

Les inhibiteurs anodiques et cathodiques décrits ci-dessus agissent bien en présence de concentrations d'oxygène dissous résultant du contact normal de l'air et de l'eau. Dans des systèmes à haute température ou hermétiquement fermés, comme les circuits de chaudières ou de chauffage central domestique, l'efficacité passe par la réduction de l'oxygène dissous de l'eau à de très faibles valeurs. Les produits chimiques utilisés à cette fin sont habituellement des agents réducteurs appelés « absorbeurs d'oxygène ».

Outre leur rôle dans la réduction des concentrations d'oxygène, certains absorbeurs d'oxygène favorisent la formation d'un film protecteur de magnétite. L'hydrazine et la carbohydrazine par exemple, favorisent la passivation par production de peroxyde d'hydrogène.

Inhibiteur organique

L'action de ces inhibiteurs est liée à la constitution d'un film mono-moléculaire entre le métal et l'eau. Ces produits sont souvent des agents tensioactifs « filmants » avec des groupements hydrophobe et hydrophile. L'extrémité hydrophile se fixe sur la surface du métal tandis que l'extrémité hydrophobe forme une barrière entre l'eau et la surface du métal.

Les amines filmantes sont couramment utilisées comme inhibiteurs de corrosion dans les circuits de condensats de vapeur. Ces amines grasses comportent 4 à 18 atomes de carbone, s'orientent parallèlement les unes aux autres et, perpendiculairement aux parois, constituent un film continu et imperméable.

Protection des métaux non ferreux : cuivre et aluminium

Un grand nombre de circuits contiennent du cuivre ou des alliages cuivreux. Or le cuivre est plus noble que le fer. Dans une eau pure, le cuivre se trouve dans un état d'immunité. En pratique, les alliages cuivreux sont prédisposés à la corrosion en raison de la présence d'agents oxydants forts tels que le chlore élémentaire ou de polluants agressifs comme l'ammoniaque.

La corrosion des alliages cuivreux est préjudiciable non seulement à cause des dégradations qu'elle provoque sur les éléments affectés, mais aussi en raison des effets du cuivre dissous (Cu2+) dans l'eau. Ce cuivre peut être réduit en Cu métallique sur les surfaces d'autres métaux ferreux, induisant des conditions favorables à la corrosion galvanique.

Les inhibiteurs les plus largement employés pour les alliages cuivreux sont les dérivés azolés.

L'aluminium est particulièrement sensible à la corrosion électrolytique. Les inhibiteurs les plus courants sont les silicates, les phosphates, les organo-azolés et les molybdates.

En pratique

L'inhibition de la corrosion n'est qu'un des aspects du traitement d'eau dans un circuit de chauffage. Il convient aussi de lutter contre l'entartrage et à la prévention des développements microbiologiques. Ainsi l'emploi d'inhibiteurs de corrosion doit être compatible avec tous les autres traitements de l'eau, les caractéristiques du circuit et ses paramètres de fonctionnement.

Sur le marché résidentiel, on retrouve généralement les 3 produits professionnels suivants (sachant que nous vous déconseillons vivement l'emploi de produits « exotiques » de GSB notamment 2 en 1, à savoir désembouant + inhibiteur !) :

Sentinel X100 Inhibiteur : composé d'un mélange unique d'inhibiteurs de corrosion spécifiques et très puissants, qui ciblent chacun une famille de métaux pour une protection inégalée des installations multi-métaux ; formulation qui offre une protection contre la corrosion, le calcaire, les bruits de chaudières et la formation d'hydrogène dans les radiateurs, chaudières, planchers chauffants, échangeurs ?


Fernox Protector F1 : garantit une protection durable des installations de chauffage central domestiques contre la corrosion interne et la formation de tartre ; empêche la corrosion de tous les métaux présents dans ces installations, c'est-à-dire les métaux ferreux, le cuivre et les alliages de cuivre, ainsi que l'aluminium.


BWT Solutech Protection Intégrale : produit préventif complet contre le tartre, la corrosion, les boues et les dépôts organiques (algues et bactéries) avec un agent « antifouling » inclus ; compatible tous matériaux aluminium inclus.

expérience protection inhibiteur de corrosionIntérêt d'un inhibiteur de corrosion : à gauche, du cuivre, de l'acier, de l'inox et un peu d'alu dans 15cl d'eau du robinet non traitée ; à droite, mêmes matériaux dans 15cl d'eau traitée avec l'inhibiteur Sentinel X100 à 1% (source : www.chauffage-vincent.fr).

Intérêt d'un inhibiteur de corrosion : les deux éprouvettes fermées contient chacune un clou en acier ; toutes deux sont remplies d'eau, mais une seule contient l'additif inhibiteur de corrosion X100 de Sentinel ; l'une des deux éprouvettes conserve une eau limpide, tandis que l'autre est le siège de fines particules de rouilles en suspension dans l'eau. (source : Sentinel).


L'efficacité ou la « durée de vie » d'un inhibiteur de qualité professionnelle est généralement d'environ 5 ans en considérant des appoints inférieurs à 10% du volume total du circuit.

Pour un résultat optimal de l'inhibiteur, les installations doivent être « propre », c'est-à-dire nettoyées / désembouées et rincées.

Enfin, l'injection d'un inhibiteur de corrosion ne dispense pas de la pose d'un désemboueur magnétique sur une installation.



De nombreux utilisateurs reportent souvent être confrontés à des problématiques de tartre, de fuites, de corrosion, d'embouage ... sur leurs réseaux de chauffage ou d'eau chaude sanitaire, sans en connaitre vraiment les causes et accusant alors souvent à tort le matériel ou son fabricant. Or traiter l'eau des réseaux de chauffage ou d'eau chaude sanitaire est devenue une nécessité (voir une obligation en termes de garantie), pour prolonger notamment la durée de vie des installations de chauffage ou de production d'eau chaude, réduire les coûts de maintenance, et pour tout simplement optimiser les performances énergétiques des générateurs en maintenant leurs rendements.

Sachant que les évolutions technologiques :

  • matériaux plus fins
  • sections de passage restreintes : réduction des volumes d'eau, sections de tuyauterie plus faibles, corps de chauffe plus compacts, radiateurs de faible contenance, planchers chauffants, micro-échangeurs ?
  • nouveaux matériaux : tuyauterie en PER
  • alliages innovants : inox, aluminium silicium ; circuits multi-matériaux ?
  • écarts de température importants (basse température, condensation, solaire ?)
bien qu'elles aient permis de réduire significativement la consommation énergétique, de simplifier les installation et d'augmenter fortement le confort (notamment d'eau chaude sanitaire), amènent néanmoins de nouvelles contraintes notamment d'entretien.

Il est ainsi important que le professionnel du chauffage assure une qualité de l'eau circulant dans l'installation afin de maîtriser les problèmes d'entartrage, de corrosion et d'encrassement et explique à son client toute l'importance d'un suivi régulier de cette qualité. Car le traitement se fait, soit de façon préventive au moment de la mise en service des équipements, mais aussi de façon curative, par exemple lors d'une opération d'entretien ou de dépannage, et ce tout au long de la vie de l'installation.

En outre, il existe tout un ensemble d'exigences, de textes de référence ou de normes précisant ces aspects et qui doivent donc être respectées :
  • Cahier du CSTB n°3114 : pour préserver l'installation et lui conserver son rendement, il est fortement recommandé de prévoir, au dosage préconisé par le fournisseur, un produit inhibiteur de corrosion et d'entartrage, qui tienne compte de tous les métaux et matériaux constituants l'installation.
  • Circulaire du 2 mars 1987 qui complète celle du 2 juillet 1985 : rappelle la liste des additifs pouvant être introduits dans les circuits de chauffage utilisés dans les traitements thermiques des eaux destinées à la consommation humaine pour les échangeurs à simple échange.
  • DTU 60.1 : Plomberie sanitaire pour bâtiments à usage d'habitation.
  • Article 16.9 du RSD (Règlement sanitaire départemental) repris par la circulaire du 26 avril 1982.
  • Code de la santé publique - Titre II : Sécurité sanitaire des eaux et des aliments - Chapitre 1er : Eaux potables - Sous section 3 : Installations de production, de distribution et de conditionnement d'eau, partage des responsabilités et règles d'hygiène.
  • NF EN 14336 : point 5.5 : les circuits doivent être nettoyés et rincés ; le nettoyage peut comprendre un nettoyage chimique.
Alors nous vous proposons de découvrir et de comprendre dans cet article :
  • Pourquoi il faut traiter l'eau du réseau de chauffage ?
  • Quelles sont les principales causes de dégradation du réseau ?
  • Comment traiter son installation de chauffage ?
  • Quelles sont les recommandations ?

Pourquoi traiter l'eau des réseaux de chauffage

Qu'ils soient pour la production du chauffage ou celle de l'eau chaude sanitaire, tous les réseaux et tous les organes de chauffage ou d'eau chaude sanitaire sont concernés par le traitement de l'eau, que les installations soient neuves ou anciennes. Car dès lors qu'un réseau de chauffage ou d'eau chaude sanitaire est mis en eau, il se produit une série de réactions physico-chimiques qui risquent de venir dégrader l'unité de production de chaleur, le réseau et les émetteurs au cours du temps.

Les principales causes de dégradation d'une installation de chauffage ou de production d'eau chaude sanitaire sont :
  • l'entartrage,
  • la corrosion,
  • les boues,
  • les bactéries et les micro-organismes.
Deux paramètres principaux permettent d'apprécier la qualité de l'eau : le pH et le TH.

Le pH ou potentiel hydrogène

Il indique la concentration des ions hydrogène présents dans l'eau, c'est-à-dire si une eau est plutôt acide ou basique. Il permet d'évaluer le caractère agressif ou incrustant d'une eau.

Le pH se mesure sur une échelle allant de 0 à 14 :


Mesure du pHQualité de l'eauConséquences
pH de 0 à 7Eau acideFavorise la corrosion
pH de 7Eau neutre-
pH de 7 à 14Eau basique ou alcalineFavorise l'apparition du tartre

Le TH ou titre hydrotimétrique

Il représente la somme des concentrations en ion calcium et magnésium. Il s'exprime en « degré français » ou °f. Cette mesure indique donc le risque de dépôt de tartre.

Aujourd'hui la dureté de l'eau ne fait pas l'objet d'une norme mais la recommandation des fabricants notamment de chaudière se situe entre 10 et 15°f (voir « Calcaire : toutes les chaudières sont sensibles ! »).

THQualité de l'eauConséquences
de 0 à 5°feau très douceeau corrosive favorisant les fuites
de 5 à 10°feau douce
de 10 à 15°feau légèrement calcaireeau équilibrée
de 15 à 25°feau dureeau favorisant la formation de tartre
de 25 à 50+°feau très dure

En savoir + : comment déterminer la dureté de son eau ?

Les principales causes de dégradation du réseau

L'entartrage

entartrage tuyauterie
Le calcaire, très présent à l'état naturel en France, au contact avec du dioxyde de carbone et de l'eau, se transforme et se dissout. De ce fait, lorsqu'une installation de chauffage est alimentée directement en eau du réseau, une quantité de calcaire non négligeable est introduite dans le réseau.

Lorsque l'eau est chauffée, le calcaire se dépose dans les canalisations et les interstices de certaines organes des équipements, occasionnant des dépôts sur des points singuliers de l'installation de chauffage. Ce phénomène peut provoquer les conséquences suivantes :
  • réduction du diamètre des canalisations : augmentation des pertes de charges sur le réseau et de la consommation électrique du circulateur.
  • diminution de l'échange thermique : diminution de l'efficacité globale de l'installation et augmentation de la consommation énergétique (0,1 mm de calcaire équivaut à une perte d'environ 5% à 7% de l'efficacité de l'échange thermique).
  • engorgement complet de l'installation (dans le pire des cas) : interruptions, voire arrêt des générateurs de chaleur.
  • détérioration rapide des anodes magnésium : directement liée à la conductivité de l'eau, plus l'eau est conductrice donc chargée électriquement, plus l'anode se consumera rapidement.

La corrosion

corrosion tuyauterie
Il existe plusieurs types de corrosion :
  • la corrosion par oxydation : l'eau à l'état naturel contient du dioxygène dissous. Il se passe une réaction d'oxydo-réduction au cours de laquelle l'oxygène dissous dans l'eau va oxyder les composants métalliques de l'installation et ainsi produire des oxydes métalliques. La quantité d'oxydes métalliques produits est fonction de la quantité d'oxygène dissous et du temps d'exposition.
  • la corrosion galvanique : cette forme apparaît au contact de deux métaux de nature différente. Chaque métal possède un potentiel électrochimique qui lui est propre. Ces potentiels peuvent être classés sur une échelle, du moins électronégatif au plus électropositif. Les métaux les plus électronégatifs se consomment au profit des métaux les plus électropositifs (le métal le plus noble attaque le métal le moins noble). Une échelle de noblesse des métaux (ci-dessous), dite échelle galvanique, a ainsi été établie.

La corrosion occasionne l'apparition d'oxydes ferreux. Les oxydes ferreux peuvent également provenir des soudures, des bactéries, de l'existence de dépôts, ou bien des phénomènes d'abrasion.

Ce phénomène peut entraîner :
  • des éraflures à la surface d'un métal : ruptures des canalisations pouvant provoquer des inondations
  • l'augmentation des consommations d'énergie : augmentation des pertes de charges sur l'installation, différences de température...

L'embouage

embouage réseau chauffage

Les boues

L'eau de chauffage chargée en calcaire et en oxydes ferreux prend alors une couleur brune, voire noire ressemblant à de la boue. Les oxydes ferreux proviennent tout simplement de la corrosion des radiateurs en acier, des générateurs de chaleur quand son primaire ou son corps de chauffe est en acier et de tous les accessoires et parties de l'installation composées d'acier (ex. serpentin d'un préparateur ECS). Ce phénomène est acide et occasionne :
  • la dégradation encore plus rapide de l'acier par corrosion (effet « boule de neige » !) : génère des gaz qui stagnent dans les parties hautes de l'installation et en particulier en haut des radiateurs.
  • effet sur les circulateurs : réduction du débit.
  • diminution de l'échange thermique : augmentation de la consommation énergétique.

Les micro-organismes (bactéries)

Le développement de bactéries est très présent dans les réseaux à basse température (plancher chauffant). Les principales raisons de ce développement sont :
  • la basse température : création de biofilm favorisé par l'emploi de matériaux de synthèse
  • l'absence de nettoyage de l'installation avant la mise en service : présence d'huile, de flux de soudures, de sable?
Ces bactéries peuvent :
  • entraîner des modifications importantes d'écoulement, voire le bouchage des conduites
  • être à l'origine de la formation de gaz (méthane)

Récapitulatif des risques sur une installation non entretenue

risque installation chauffage non entretenue qualite eau
  1. grippage des vannes de radiateur, mauvais passage de l'eau
  2. zone froide sur les radiateurs
  3. zone froide sur les radiateurs, accélération de la corrosion
  4. oxydation des soudures (risque de fuites)
  5. obstruction des tubes, des tuyauteries
  6. obstruction des corps de chauffe, échangeurs à plaques, ...
  7. blocage ou réduction du débit des pompes/circulateurs

Comment traiter son installation

Nettoyage de l'installation

nettoyage installation chauffage

Sur une installation neuve, le réseau devra au préalable être nettoyé. Il faut effectuer un rinçage méticuleux de l'installation afin d'évacuer les dépôts (décapants, copeaux, oxydes de soudure ?) issus de sa création.

Sur une installation existante, pour obtenir un résultat optimal, celle-ci doit être nettoyée (désembouée) dans son intégralité, à l'aide d'un produit désembouant en respectant les préconisations du fabricant pour sa mise en oeuvre.

En savoir + : le désembouage d'une installation de chauffage

Protection de l'installation

Pour qu'un traitement de protection fonctionne pleinement, il est nécessaire d'appliquer un produit inhibiteur dans un réseau propre. Le produit inhibiteur de corrosion et d'entartrage doit tenir compte de tous les métaux et matériaux constituant l'installation. Le produit inhibiteur dépend de la nature de l'installation et sera défini selon le cas à traiter. Dans le cas où un antigel est nécessaire les mêmes précautions sont à prendre.

Pour éviter les problèmes d'entartrage dans les réseaux sanitaires, il est recommandé de mettre des appareils anti-tartre/anticalcaire à l'entrée des circuits (adoucisseur, procédés par dissolution polyphosphates, procédés physiques ...) adaptés/efficace avec la dureté de son eau.

Suite à des problèmes, afin d'éviter une récidive il faut impérativement :
  • reprendre les non-conformités éventuelles du réseau
  • mettre en place les traitements de l'eau préventifs adaptés
  • surveiller les appoints d'eau irréguliers ou les apports d'oxygènes à cause par exemple de tubes PER sans BAO (Barrière Anti-Oxygène).

Contrôle

Il est nécessaire d'effectuer un contrôle initial après traitement et annuellement (ou plus suivant les cas) par exemple lors de la visite de maintenance.

Les contrôles peuvent être dans un premier temps visuels (ex. couleur/aspect de l'eau de chauffage), et aussi utiliser des outils dédiés : réactif par colorimétrie (bandelettes pH, test goutte à goutte TH), pH-mètre, ... En fonction des résultats, il convient de faire un appoint au besoin.

Analyses

analyse eau de chauffage

Les analyses permettent de réaliser une photo à instant T de la qualité de l'eau du réseau. A l'issue du nettoyage de l'installation il est conseillé de réaliser une analyse validant la qualité du traitement. Si le traitement est conforme au référentiel du fabricant le rapport d'analyse le mentionnera. Il ne reste plus qu'à maintenir une concentration au seuil recommandé en réalisant régulièrement une analyse qui vérifiera la maîtrise des paramètres. Il existe pour cela des kits d'analyses tout prêts qu'il suffit de retourner à un laboratoire.

Les recommandations

La qualité de l'eau utilisée dans l'installation influence donc directement le bon fonctionnement du système de chauffage thermique. En cas de défaillance ou détérioration d'un appareil imputable à une qualité de l'eau inadéquate, le bénéfice de la « Garantie Constructeur » offerte à l'utilisateur du produit concerné sera bien souvent exclu par le fabricant.

Ainsi les fabricants de matériels de chauffage définissent les caractéristiques à respecter en ce qui concerne l'eau du circuit de chauffage selon les matériaux utilisés dans leurs appareils. Il convient de respecter impérativement ces préconisations. Ci-dessous quelques exemples de recommandations (il convient de toujours se référer aux exigences propres de chaque fabricants) suivants les matériels en place.

Chaudière : corps de chauffe en acier inoxydable ou cuivre

CaractéristiquesCritères acceptables
pHinox : pH > 8.5
cuivre : 6.5 < pH < 9.5
TH de l'eau de remplissage< 20°f
Conductivité si traitement (µS/cm)< 1000µS/cm à 25°C
Sur une période de 5 ans, métaux dissous :
Aluminium
< 3mg/l
Cuivre
< 3mg/l
Fer
< 30mg/l
Chlorures
< 50mg/l

Le traitement utilisé doit permettre soit de respecter les valeurs ci-dessus, soit de respecter strictement les valeurs ou référentiels définis par le fabricant du traitement auprès des organismes de contrôles.

Les inhibiteurs doivent être compatibles avec les matériaux utilisés dans l'installation. L'ajout d'additifs à l'eau de chauffage pouvant entraîner des dommages matériels, il convient de respecter impérativement la notice du fabricant de l'additif. Le fabricant déclinera toute responsabilité en cas d'incompatibilité et d'inefficacité des additifs utilisés dans le système de chauffage.

Il convient de prendre toutes les précautions pour éviter l'introduction et la formation d'oxygène dans l'eau de l'installation en vérifiant le bon dimensionnement du vase d'expansion, de la ou des soupapes de sécurité, de la qualité des tuyauteries synthétiques (PER) ...

Pour les installation utilisant un produit antigel, il convient de s'assurer de sa compatibilité avec le matériau constituant le corps de chauffe et avec les autres composants de l'installation, et de le renouveler régulièrement au risque qu'il devienne agressif pour l'installation (voir ci-après).

Il convient de limiter au maximum les appoints d'eau sur l'installation pour éviter de diluer le produit de protection et d'apporter continuellement de l'oxygène. Si les appoints sont trop réguliers, il convient d'en chercher la cause (fuite, soupape défectueuse, vase d'expansion inefficace, ...).

Enfin, quel que soit le type d'installation, la pose d'un filtre désemboueur à barreau magnétique approprié sur le circuit retour de l'installation et son entretien est recommandée et permettra d'éviter le dépôt des matières en suspension dans le corps de chauffe du générateur.

Chaudière / Radiateur : corps de chauffe en aluminium

Il convient de respecter une valeur de pH  : 3.5 < ph < 8.5

PAC et CESI avec fluide caloporteur au glycol

Ces systèmes impliquent une vidange systématique :
  • tous les 5 ans selon la qualité du glycol mesurée (PAC et CESI auto-vidangeable)
  • tous les 3 ans selon la qualité du glycol mesurée (CESI sous pression)
Le seul contrôle à effectuer annuellement ou lors d'une opération de maintenance sera celui du taux de glycol (opacité au réfractomètre optique), afin de protéger efficacement les circuits contre les basses températures. Il faut adapter le taux de protection en fonction de la température de la région où l'on se trouve (température minimum régional).

Une trop forte concentration de liquide antigel entraîne :
  • une augmentation des pertes de charges
  • une diminution des échanges thermiques
Dans ce cas là, les incidences rencontrées sont notamment :
  • une baisse de la puissance de la PAC
  • une diminution du COP
  • une réduction de la durée de vie des équipements tels que les circulateurs
Une concentration de liquide antigel trop faible peut entraîner des dommages par corrosion ou des dégâts provoqués par le gel.

Cuve/ballon de stockage sanitaire avec anode magnésium

La plupart des ballons avec une cuve en acier émaillé ont cette dernière protégée par une anode sacrificielle en magnésium. Cette anode en magnésium permet de protéger de la corrosion la couche émaillée de la cuve du préparateur d'eau chaude sanitaire. La consommation en magnésium de l'anode est directement liée à la dureté de l'eau (TH). Plus une eau est calcaire plus elle est conductrice de courant, donc plus l'anode est consommée rapidement.

Il est important de procéder au contrôle régulier de l'anode d'un ballon lors par exemple de son entretien annuel et éventuellement de la remplacer. Lorsque celle-ci a un diamètre inférieur à 15mm, ou si une partie de la tige est à nue (même courte < 2 cm), l'anode doit être impérativement remplacée. Il est aussi possible de contrôler le courant de protection de l'anode au magnésium avec un contrôleur d'anode : si l'intensité du courant est >0,3mA, l'anode est opérationnelle ; si l'intensité du courant est <0,3mA, voire nulle, il faut soumettre l'anode à un contrôle visuel et la remplacer au besoin.

Récapitulatif

Chaudières / Chauffe-eau / Chauffe-bain

Opération à effectuerPrincipe et réalisationMise en oeuvreFréquence/Quand
Nettoyage du réseausur une installation neuve :
- rincer l'installation afin d'évacuer les dépôts
sur une installation existante :
- désembouer le circuit de chauffage
- rincer l'installation jusqu'à l'obtention d'une eau claire (il est impératif d'effectuer un rinçage émetteur par émetteur)
désembouage selon différentes méthodes :
- chimique : injection de produits chimiques spécifiques dans l'eau du circuit
- mécanique : utilisation de l'eau à haut débit ou un mélange air-eau à haute pression
- écologique : installation d'un appareil spécifique en permanence sur le circuit
? avant la mise en eau pour une installation neuve ou lors d'un remplacement sur une installation existante
? désembouage chimique :
. tous les 5 ans (ou moins) pour les planchers chauffant
. tous les 7 ans (ou moins) pour les radiateurs
- désembouage mécanique selon le réseau :
? PER : de 5 ans (ou moins) à maximum 10 ans
? cuivre/acier, fonte/acier et aluminium : en moyenne 10 ans.
Traitement préventif de protection du réseau sanitairemise en place d'appareils antitartre à l'entrée des circuits sanitaires (recommandé)- adoucisseur (faire attention à la qualité de l'eau afin d'éviter la corrosion)
- filtres mécaniques ou fixes à médias actifs
- procédés par dissolution de polyphosphates
- procédés physiques
- adoucisseur : tous les ans
- filtres mécaniques ou fixes à médias actifs : selon les préconisations du fabricant
- procédés par dissolution de polyphosphates : selon les préconisations du fabricant
- procédés physiques : tous les ans
Traitement curatif de protection du réseau de chauffageappliquer un produit de protection dans le réseau propre (prendre en compte tous les métaux de matériaux constituant l'installation)produit inhibiteur de corrosion et d'entartrage? après un contrôle
? après une analyse
Contrôle et analyse du traitement de protection du réseau de chauffage? mesurer la concentration du produit de protection dans le réseau
? valider le traitement mis en place
- bandelettes
- pH-mètre
- test goutte à goutte (TH)
- kit de test
- kit d'analyse
? après chaque traitement
? annuellement lors de la visite de maintenance

Pompes à chaleur

Opération à effectuerPrincipe et réalisationMise en oeuvreFréquence/Quand
Nettoyage du réseau? sur une installation neuve : rincer la partie glycolée de l'installation afin d'évacuer les dépôts et impuretés.
? sur une installation existante :
- désembouer la partie glycolée du circuit
- rincer la partie glycolée de l'installation jusqu'à l'obtention d'une eau claire
- désembouage chimique : injection de produits chimiques spécifiques dans le circuit glycolé
- désembouage mécanique : utilisation de l'eau à haut débit ou un mélange air-eau à haute pression
? avant la mise en eau pour une installation neuve
? lors d'un remplacement sur une installation existante
Contrôle du traitement de protection du réseaumesurer la concentration du produit de protection antigel dans le réseau? pH-mètre
? réfractomètre ou contrôleur de protection contre le gel
? après chaque traitement
? annuellement lors de la visite de maintenance

Systèmes solaires thermiques

Opération à effectuerPrincipe et réalisationMise en oeuvreFréquence/Quand
Nettoyage du réseau thermique solaire? sur une installation neuve (sauf CESI auto-vidangeable car le glycol est déjà pré-chargé) :
- rincer la partie glycolée de l'installation afin d'évacuer les dépôts
? sur une installation existante :
- désembouer la partie glycolée du circuit
- rincer la partie glycolée de l'installation jusqu'à l'obtention d'une eau claire
- désembouage chimique : injection de produits chimiques spécifiques dans le circuit glycolé
- désembouage mécanique : utilisation de l'eau à haut débit ou un mélange air-eau à haute pression
? avant la mise en eau pour une installation neuve
? lors d'un remplacement sur une installation existante
Contrôle du circuit glycolémesurer la concentration du produit de protection antigel dans le réseau? pH-mètre
? réfractomètre ou contrôleur de protection contre le gel
? après chaque ajout de glycol
? annuellement lors de la visite de maintenance

Ballon / Cuves de stockage

Opération à effectuerPrincipe et réalisationMise en oeuvreFréquence/Quand
Contrôle de l'anode magnésiumniveau de dégradation de l'anode de protection de la cuvevisuel ou contrôleur d'anode? après chaque intervention sur le ballon nécessitant une vidange de ce dernier
? annuellement lors de la visite de maintenance
Groupe de sécurité lorsque le système est équipés'assurer que le groupe de sécurité soit fonctionnel et ne soit pas obstrué par du tartreouverture manuelle du groupe de sécurité? après chaque intervention
? annuellement lors de la visite de maintenance

viessmann CEI chauffe-eau electrique intelligent avec connectivite

Pour compléter sa gamme de solutions d'eau chaude sanitaire, Viessmann a profité du dernier salon BePositive 2019 à Lyon pour proposer dès à présent un nouveau produit unique sur le marché de la production ECS, le CEI ou « Chauffe-eau Electrique Intelligent ».

Nous nous sommes donc rendus au salon BePositive pour découvrir en exclusivité ce nouveau CEI et pouvoir vous le présenter.

Tout d'abord, il est important de noter que ce nouveau chauffe-eau est 100% de fabrication française, conçu et assemblé dans les usines Viessmann de Faulquemont en Moselle, et surtout est le premier chauffe-eau électrique à être garanti 10 ans toutes pièces (hors groupe de sécurité) !

Avec trois modèles ayant une capacité à 38°C de 120 à 320 litres (modèles V3-51, V3-102 et V4-136), un format ultra-compact (seulement 24 cm d'épaisseur soit ~ 0,15 m² au sol) et un design discret (le CEI Viessmann peut s'intégrer parfaitement dans des cloisons pour se fondre dans le décor, les organes de contrôle restant parfaitement accessibles), une technologie innovante et son pilotage via une application mobile, ce CEI peut convenir à toute la famille (de 1 à 5 personnes et plus).

viessmann CEI chauffe-eau electrique intelligent caracteristiques

Avec son application mobile, son pilotage est simplifié et permet de s?adapter au plus près des besoins en eau chaude de chaque membre du foyer. Vous maîtrisez totalement votre consommation d'eau chaude sanitaire, c'est vous qui décidez quand et quel volume vous chauffez !

Ce nouveau concept de confort d'eau chaude sanitaire vous apporte les avantages suivants :

Des économies importantes

Une technologie multi-cuves permet de mieux maîtriser la production d'eau chaude et de ne fabriquer que ce dont l'usager a besoin. Les 3 ou 4 cuves du CEI montées en série sont contrôlées de manière indépendante permettant ainsi que seul le volume d'eau utilisé soit chauffé.

Une eau plus saine

Avec des cuves entièrement en inox Viessmann, il n'y a qu'un seul matériau au contact de l'eau, ce qui garantit une hygiène irréprochable de l'eau chaude sanitaire en supprimant tout risque de transfert de métaux lourds, et donnant au chauffe-eau une espérance de vie > 20 ans.

Une longévité accrue

Un système de chauffage de l'eau périphérique permet une température de chauffe homogène des ballons, limitant au maximum la formation de calcaire pour une longévité accrue des cuves et une eau de meilleure qualité et plus saine. Car à contrario d'un classique chauffe-eau électrique disposant d'un élément chauffant au contact de l'eau (thermoplongeur - i.e. résistance « blindée », ou résistance stéatite), le CEI présente une ceinture chauffante périphérique sur l'ensemble des cuves qui donne une chaleur identique dans tout le chauffe-eau, permettant aussi une puissance électrique bien inférieure à celle d'une technologie classique.

viessmann CEI chauffe-eau electrique intelligent vue interieure coupe

Un format compact

Sa forme rectangulaire et sa compacité avec seulement environ 0,15m² d'emprise au sol lui permettent de s'intégrer facilement à votre intérieur dans les espaces les plus étroits de l'habitation (hors zones 1 et 0 dans la salle de bain) notamment lorsque l'installation d'un ballon thermodynamique n'est pas possible ou que l'espace au sol est compté. Il se fond facilement dans le décor grâce à sa sobriété et son design soigné, mais peut être aussi entièrement caché dans une cloison en laissant pour autant les organes périphériques aisément accessibles.

Gain de temps au montage

Le CEI est livré pré-monté, prêt au raccordement avec :
  • groupe de sécurité pré-monté.
  • vanne d'arrêt pré-montée.
  • limiteur de température pré-monté.
  • câble d'alimentation électrique pré-monté.

Chauffe-eau connecté

Une application « MyCEI » permet de piloter la production d'eau chaude sanitaire pour une totale maîtrise de votre consommation. Résultats : entre 30 et 70% d'économies d'eau et d'énergie.

viessmann CEI chauffe-eau electrique intelligent application mycei

Cette application gratuite a été conçue pour piloter le CEI à partir d'un smartphone ou d'une tablette (Android ou iOS), ou en version web via le site mycei.viessmann.fr. Grâce à celle-ci, vous maîtrisez totalement votre consommation d'eau chaude sanitaire, c'est vous qui décidez quand et quel volume vous chauffez ! Vous profitez des fonctionnalités suivantes :
  • un tableau de bord reprenant de nombreux indicateurs, tant sur les consommations que sur les dépenses.
  • l'accès en un clic au mode de chauffe en cours, ainsi qu'à la capacité d'eau chaude sanitaire actuelle et celle programmée.
  • divers programmes adaptables selon vos besoins au moment voulu : mode hors gel, contrat énergie, planificateur (programmation des horaires de chauffe en fonction des besoins réels), marche permanente.
  • la création d'alertes pour vous avertir en cas de risque d'inconfort en eau chaude sanitaire ou de consommations trop importantes.

Retour sur investissement

Le prix de ce nouveau produit, compte tenu notamment des matériaux utilisés pour sa conception (cuves entièrement en inox) et du système de chauffe utilisé, peut sembler relativement élevé à l'achat :
  • Viessmann CEI V3-51 - réf. 7726344 : 1.885?HT
  • Viessmann CEI V3-102 - réf. 7726345 : 2.215?HT
  • Viessmann CEI V4-136 - réf. 7726346 : 2.775?HT
Néanmoins, il convient de relativiser ce prix compte tenu de l'amortissement client par rapport à un chauffe-eau électrique traditionnel de 200L : celui-ci est estimé à seulement 8 ans (avec aussi une économie en coût d'exploitation d'environ 3.200 ? sur 15 ans), sachant à nouveau que la durée de vie du CEI est donnée pour être supérieur à 20 ans (hors pièce d'usure telle le groupe de sécurité) avec une garantie de 10 ans.

Conscient de ce potentiel frein à l'investissement pour ce nouveau produit destiné notamment aux clients soucieux de maîtriser leur consommation, ainsi que la longévité et la qualité de leurs équipements, aimant l'innovation pour des technologies de pointe, ou souhaitant une intégration intérieur soigné de leur logement, Viessmann propose d'acquérir ce chauffe-eau électrique intelligent à l'aide d'un financement bonifié par leurs soins dès 59,31?/mois sur 36 mois * via leur réseau d'installateurs « ProActif »

* exemple : pour le financement du modèle V3-51 - hors accessoire et hors pose - avec un emprunt de 2.073?TTC (TVA à 10 %) sur 36 mois au TAEG fixe de 1,95% (hors assurance facultative), sous réserve d'acceptation par organisme préteur, soit un remboursement de 36 mensualités de 59,31? - intérêts : 62,16? - montant total dû de 2 135,16? ; un crédit vous engage et doit être remboursé, vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Encore plus d'économies ?

Le CEI possédant une double ceinture chauffante, il peut profiter directement d'une production photovoltaïque. 1 ou 2 panneaux suffisent alors et l'installation peut se faire ultérieurement. En reliant les panneaux photovoltaïques directement au chauffe-eau, vous bénéficiez alors d'une énergie gratuite, auto-produite, d'un confort supplémentaire en eau chaude sanitaire, et d'une indépendance vis-à-vis du réseau public (pas de déclaration administrative).



Bien que les chaudières de type « B1 » n'aient pas encore dit leur dernier mot pour 2019, afin de répondre aux nouvelles exigences de l'ERP en termes d'émissions d'oxydes d'azote (NOx), il convient néanmoins de rappeler les règles dorénavant en vigueur pour permettant l'installation de ce type de ce chaudière.

Pour rappel, les chaudières de type « B1 » sont des chaudières dites à « tirage naturel » :
  • qui prélèvent l'air comburant directement dans la pièce où elles sont installées ;
  • qui sont équipées d'un coupe-tirage anti-refouleur ;
  • qui sont destinée à être raccordée à un conduit d'évacuation à tirage naturel (ex. type cheminée ou VMC Gaz).

En raison de la perte d'efficacité que cela entraînerait, l'utilisation de ces chaudières est interdite en logement individuel. Ainsi l'arrêté du 22 mars 2017 modifiant l'arrêté du 3 mai 2007 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des bâtiments existants, précise clairement selon l'article 16 : « Une chaudière non étanche à coupe-tirage de type B1 ne peut être installée, y compris en remplacement d'une chaudière du même type, qu'en logement collectif sur un conduit commun à plusieurs logements existants, ou en logement collectif sur un conduit individuel de plus de 10 mètres de longueur. »

Sachant que :
  • les fabricants et importateurs ne doivent mettre sur le marché que des appareils répondant aux exigences de l'ErP (voir ci-après) ;
  • les appareils fabriqués avant le 26 septembre 2018 peuvent continuer à être vendus jusqu'à épuisement des stocks.

La Directive Européenne Eco-conception (ErP) fixe des exigences pour la mise sur le marché et/ou la mise en service des dispositifs de chauffage des locaux et des dispositifs de chauffage mixtes (assurant aussi la production d'eau chaude), dont la puissance thermique nominale est ? 400 kW ; ces produits doivent aussi présenter un rendement minimal saisonnier (ETAS) de 86% PCS, ce qui impose de fait la MISE EN PLACE DE CHAUDIERE A CONDENSATION (ou HPE : Haute Performance Energétique) dans l'habitat individuel et dans le tertiaire, exception faite pour les chaudière RACCORDÉES À DES CONDUITS DE FUMÉES COLLECTIFS dans l'habitat collectif.

Sont concernées par cette exception les chaudières à gaz de type « B1 » suivantes :
  • chauffage seul de puissance thermique nominale ? 10 kW
  • mixte (chauffage + eau chaude sanitaire) de puissance thermique nominale ? 30 kW

Sont concernées par cette exception, EN LOGEMENT COLLECTIF UNIQUEMENT, les conduits de fumées suivants :
  • le conduit « Shunt »
  • le conduit « VMC gaz »
  • le conduit « Alsace »
  • le conduit pour alvéole technique gaz (ATG)

Enfin depuis le 26 septembre 2018, il existe également de nouvelles exigences portent sur les émissions de NOx des appareils de chauffage et de production d'eau chaude. « NOx » est le terme générique qui englobe un groupe de gaz hautement réactifs, tous contenant de l?azote et de l?oxygène dans des quantités différentes. Ils sont une source de pollution de l?air : ils contribuent à l?effet de serre et au dérèglement climatique et sont acidifiants et eutrophisants.

Ainsi pour TOUTES LES CHAUDIÈRES À GAZ mises sur le marché actuellement, SANS EXCEPTION, les émissions d'oxydes d'azote (NOx) exprimées en dioxyde d'azote doivent être inférieures à 56 mg/kWh PCS de combustible, équivalant à la classe de NOx 6.

En conclusion, ceci impose que pour le remplacement d'une chaudière de type « B1 » qui utilise un des 4 type de conduits de fumées autorisés, il y a dorénavant l'obligation de faire installer une chaudière certifiée « Bas-NOx » (ceci doit être clairement mentionné sur vos devis). C'est le cas par exemple de ces 2 modèles (qui existent en mode d'évacuation cheminée ou VMC Gaz) :


En complément :
  • depuis le 26 septembre 2018, les émissions d'oxydes d'azote des chauffe bains à gaz, exprimées en dioxyde d'azote doivent aussi être inférieures à 56 mg/kWh PCS de combustible
  • le dernier niveau d'un logement collectif équipé d'un conduit collectif Schunt est généralement équipé d'un conduit individuel (de moins de 10m de haut) et doit donc être équipé d'une chaudière à condensation
  • une maison individuelle équipée d'une VMC double flux gaz doit être équipée d'une chaudière à condensation étanche

Sentinel Eliminator Vortex300
Avec son filtre Sentinel Eliminator lancée en 2014, Sentinel apportait déjà une réponse haute technologie et ultra-performante pour garantir l'élimination de tous les débris dans une installation de chauffage. Fin 2017, Sentinel lançait sur le marché français l'Eliminator Vortex500, spécialement dévolu aux installations de taille moyenne comme pour le collectif. Cette année, une déclinaison de ce dernier, l'Eliminator Vortex300, est lancée, une filtration magnétique puissante et surtout particulièrement compacte, qui sera très appréciée sur les chantiers aux configurations exiguës, de plus en plus nombreuses, avec la généralisation des chaudières murales haut rendement ou à condensation. Il capture à la fois les débris magnétiques et non magnétiques nocifs pour l'installation.

Pour rappel, les débris en suspension (magnétiques et non magnétiques) présents dans les circuits de chauffage s'avèrent particulièrement néfastes au bon fonctionnement d'une installation de chauffage central. En effet, ils sont à l'origine de la constitution de boues générant des pertes de rendement en matière de chauffage, mais aussi des défaillances prématurées ou encore de pannes des équipements de chauffage, voir jusqu'à des colmatages irrémédiables des tuyauteries.

> voir aussi : intérêt d'un filtre à boues pour son installation de chauffage

A l'instant de son grand frère l'Eliminator, le Sentinel Vortex300 est un filtre compact (dimensions : hauteur 205 mm x largeur 76 mm) adapté pour sa part aux débits importants (jusqu'à 50 litres/minute), s'installant simplement sur une installation neuve ou existante, et ce quelle que soit l'orientation de la tuyauterie grâce à son raccord en T orientable à 360° équipé de vannes (22 mm ou 3/4'') en laiton de haute qualité. A l'instar de la gamme Sentinel Eliminator, l'Eliminator Vortex300, fabriqué dans des matériaux robustes issus de l'industrie automobile, associe une filtration magnétique puissante à la technologie VortexCore afin de garantir une captation/rétention totale de tous les débris. Les doubles joints sont testés sous pression pour chaque filtre permettant à Sentinel d'appliquer une garanti 10 ans !

sentinel eliminator vortex coupe

VortexCore intervient ainsi sur la vitesse de l'eau en circulation en favorisant une durée de contact optimale entre les débris et les puissants aimants (champ de 9.000 gauss) pour maximiser la séparation et la capture des débris. Sentinel confirme d'ailleurs à ce titre que le filtre Eliminator Vortex300, équipé de double joints, capture plus de débris que d'autres filtres compacts du marché. Autre atout, avec Eliminator Vortex300, il n'y a pas lieu de craindre à un risque de blocage du filtre, car même lorsque le réservoir (300 ml) est plein, la circulation est maintenue. Son nettoyage ou sa maintenance restent toujours aussi simple : l'utilisateur peut, sans outil, ouvrir et visualiser les débris capturés dans le réservoir grâce à une bague amovible, ou retirer l'aimant et lancer une chasse via la vanne de vidange sécurisée.

Copyright © 2008 Tous droits réservés. Version 1.1